les bons réflexes pour de bons yeux

Craintes et Accommodation à la lumière

L’oeil, organe de la vue

Chez tous les animaux, comme chez l’homme, les yeux se sont développés pour capter les ondes lumineuses.





La lumière est leur élément, et quand ils sont privés de lumière en tout ou partie, ils perdent leur capacité de voir et peuvent même développer des affections sérieuses, (nystagmus des mineurs du charbon).





Cela ne veut pas dire naturellement que les yeux doivent être perpétuellement exposés à la lumière.





Le sommeil est nécessaire à l’esprit chargé de la perception

et durant au moins 7 à 8h / 24,

l’obscurité est nécessaire à l’appareil sensitif de l’œil.

Les yeux fonctionnent avec le plus d’aisance et d’efficacité quand ils jouissent alternativement d’une complète obscurité et d’une bonne lumière.





Facteurs environnementaux

Le Professeur Ian Morgan de l’université de Canberra en Australie, qui a étudié la myopie tant le nombre d’étudiants myopes en Asie de l’Est augmente, a publié une étude sur l’influence de la lumière naturelle sur nos yeux.

Le rapport explique qu’une exposition des yeux à la lumière naturelle produit un neurotransmetteur – la dopamine – dans la rétine.

Elle serait directement liée à la croissance de l’œil : la réduction de dopamine dans la rétine favoriserait l’allongement de  l’œil, devenant ainsi myope.





Une raison de plus pour inviter les enfants et les adolescents à troquer leurs jeux numériques et autres écrans contre des activités de plein air!





La crainte de la lumière si fréquente

La croyance pernicieuse et sans aucun fondement s’est développée que la lumière est mauvaise pour les yeux.

On suppose aujourd’hui que cet organe, qui au cours de nombreux millions d’années s’est adapté très heureusement à la lumière solaire avec tous ses degrés d’intensité,

est incapable de supporter la lumière du jour sans adoucissement par des lunettes teintées,

ou la lumière des lampes sinon diffusée par un verre dépoli ou réfléchie par le plafond.

Cette notion extraordinaire que l’organe de la vue est inadapté à supporter la lumière.





Aujourd’hui, le port de lunettes noires est devenu non seulement commun, mais à la mode.

Cette rage fantastique d’obscurcir la vue tire son origine de certains cercles médicaux, où une terreur panique des radiations ultra violettes de la lumière solaire ordinaire s’est développée depuis une génération

cette rage a été entretenue et popularisée par les opticiens.

Leur propagande a été efficace.

Dans le monde occidental, des millions de gens maintenant portent des lunettes noires non seulement sur la plage ou au volant, mais même au crépuscule ou dans les couloirs sombres de bâtiments publics.

Pas besoin de dire que plus ils les portent, plus ils affaiblissent leurs yeux, qui ne peuvent plus se passer de cette « protection » contre la lumière.

Cet asservissement est dû à la crainte de la lumière, crainte que ses victimes estiment justifiée par la gêne qu’ils ressentent quand leurs yeux sont exposés à une lumière trop vive.





La question se pose :

Pourquoi cette crainte et cette gêne ?

Les animaux sont heureux sans lunettes !

Dans les sociétés civilisées, même de nos jours où les vertus du verre de couleur sont l’objet d’une réclame universelle, des millions de gens font face à la lumière solaire sans lunettes noircies et, bien loin d’en être gênés, n’en voient que mieux ainsi.

Il y a de bonnes raisons de supposer que physiologiquement les yeux sont ainsi construits qu’ils peuvent supporter des luminosités très intenses.

Pourquoi donc tant de nos contemporains ressentent-ils une gêne, un malaise, quand leurs yeux sont exposés à une lumière même peu intense ?





Motifs de la crainte de la lumière

Il semble y avoir deux raisons principales à cet état de choses.

  • La première est liée à cette sotte rage d’exclure la lumière, décrite précédemment.

Les médecins alarmistes et les négociants, dont la réclame exploite à leur profit les opinions de ces praticiens ont réussi à convaincre une grande partie du public que la lumière est nuisible aux yeux.

Cette affirmation est fausse, mais la croyance à sa véracité peut causer un grand tort à ses adeptes.

Si la foi peut soulever des montagnes, elle peut aussi ruiner la vision,

Comme chacun peut s’en apercevoir en observant le comportement de ces gens lorsqu’ils sont soudainement exposés à la lumière solaire.

Ils « savent » que la lumière est mauvaise pour eux ;

Aussi,

Quelles grimaces !

Quels froncements de sourcils !

Quelle fermeture convulsive des yeux !

Bref, quels symptômes manifestes d’effort et de tension.





Due à une croyance erronée, la terreur de la lumière, purement mentale, se manifeste physiquement sous forme d’un état très anormal de tension de l’appareil sensitif des yeux ;

Dans de telles conditions, les yeux sont incapables de réagir correctement aux influences extérieures.

Au lieu d’accepter aisément la lumière solaire comme une bénédiction,

ils en ressentent une gêne qui peut aller jusqu’à l’inflammation des yeux.

Il s’ensuit de la douleur et une aggravation de la crainte, renforçant le patient dans sa conviction que la lumière est nuisible.





Il y a encore une autre origine à cette gêne que tant de gens maintenant ressentent, quand ils sont exposés à la lumière :

  • Il se peut qu’ils n’aient pas à priori la terreur de la lumière, mais parce que chez eux les organes de la vue sont défectueux et sous tension par suite de leur fonctionnement incorrect, leurs yeux et leur esprit sont incapables de réagir normalement au milieu extérieur.

La lumière forte est désagréable pour les yeux sous tension soumis à trop d’efforts.

Parce que la lumière est douloureuse, la crainte de la lumière se développe alors dans l’esprit, et cette crainte à son tour devient une nouvelle cause de tension et de gêne.





Rejet de la crainte

La crainte de la lumière, comme toutes les craintes, peut être chassée de l’esprit ;

Et le malaise physique ressenti quand l’appareil sensitif est exposé à la lumière peut être prévenu à l’aide de techniques convenables.

Cela fait, il ne sera plus nécessaire de couvrir les yeux de lunettes noires.





Et ce n’est pas tout.

En apprenant à réagir à la lumière d’une façon normale et naturelle, les yeux défectueux peuvent faire beaucoup pour soulager la tension qui handicape leur puissance visuelle.

Des exercices appropriés, visant ce but, conduiront à un état de relaxation passive fort appréciable ;

Et cette capacité de réagir aisément et sans effort aux plus forts éclairages peut être utilisée dans la vie active pour devenir un élément de cette relaxation dynamique des organes usuels, sans laquelle il ne peut jamais y avoir de vision parfaite.





Conscience :

Chaque fois que la lumière cause une gêne, la première chose à faire est de montrer une attitude de confiance.

La notion doit être gravée dans notre esprit que la lumière n’est pas nuisible, au moins à tous les degrés d’intensité que nous rencontrons généralement ;

Et nous devons être convaincus que si elle provoque une gêne douloureuse, la faute en est à notre crainte ou à nos mauvaises habitudes de fonctionnement visuel.

Le sunning : accoutumance des yeux à la lumière du soleil






Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :