les bons réflexes pour de bons yeux

Balancements longs

En plus de permettre au yeux de ne plus être immobiles,

Le « balancement long » ajoutera son action directe et bienfaisante sur la colonne vertébrale par de légers mouvements répétés de flexion.

Méthode :

Étape n°1 : Préparation

L’exercice est à pratiquer de préférence en extérieur afin d’offrir à vos yeux un grand champ de vision.

Si toutefois vous devez le pratiquer à l’intérieur, optez pour une grande pièce en vous positionnant à l’extrémité de celle-ci

Tenez-vous debout, les pieds écartés d’environ un demi-mètre

Étape n°2 : Action

En faisant fléchir le tronc latéralement sur les hanches, et la tête sur les épaules.

Donnez à votre balancement un grand arc.

En se balançant à gauche le poids du corps est jeté sur le pied gauche tandis que le talon du pied droit est soulevé.

Et inversement,

le talon gauche est soulevé quand on s’incline sur la droite.

Information : Aucun sujet n’a été maltraité pendant l’élaboration de cet article 😉

Étape n°3 : Observation

Au cours de ce balancement d’un côté à l’autre,

Les yeux couvrent un arc de cercle de 180 degrés ou même plus

et le monde extérieur oscille comme balayé d’un côté à l’autre.

Il ne faut pas chercher à fixer des yeux quoi que ce soit dans ce champ visuel mouvant.

Et n’oubliez pas de respirer!

Durée :

Pratiquez cet exercice pendant 2 à 5 mins

Fréquence :

Pratiquer le balancement à des moments réservés pour cela

Conscience :

En exerçant ce long balancement,

L’attitude de l’esprit doit être celle d’une passivité et d’une indifférence complète.

On laisse le monde passer devant soi sans y faire attention,

sans le moindre effort pour percevoir ce qui passe devant vos yeux.





L’action sélective et perceptive de l’esprit est mise hors d’action et on est réduit à la pure sensation

L’organisme physiologique prenant congé du « moi » conscient.

Effets bienfaisants :

Un tel congé du « moi » conscient est extrêmement reposant.





Explications / But de l’exercice :

Puisque c’est ce “moi conscient” qui est en général responsable de la mauvaise vue

  • Soit en hébergeant des émotions tristes,
  • Soit en dirigeant mal son attention,
  • Soit en ignorant d’une autre manière encore les règles établies par la nature pour un fonctionnement visuel normal

Cette inhibition temporaire du « moi » conscient contribuera à rompre les anciennes habitudes de mauvais fonctionnement

et à préparer le terrain pour en créer de meilleures à l’avenir.





Au cours du long balancement, l’appareil sensitif de l’œil échappe temporairement à la servitude qui le lie à l’esprit,

un esprit qui fait de cet appareil mauvais usage en l’immobilisant dans un regard fixe,

et l’œil apprend comment fonctionner dans un état de libre mobilité sans tension.







Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :