les bons réflexes pour de bons yeux

Vision inconsciente

Perception :

Il existe des sensations visuelles dont nous n’avons pas conscience.

Vision inconsciente

Ce terme de « vision inconsciente » est un peu inexact, étant appliqué à plusieurs sortes de phénomènes distincts.

Visions inconscientes normales :

Type de vision inconsciente n°1 :

Il y a d’abord la vision inconsciente qui nous fait exécuter un mouvement réflexe rapide pour éviter un danger, auquel les yeux et les muscles réagissent avant même que l’esprit ait le temps d’interpréter la sensation menaçante comme un objet extérieur dangereux.

En tel cas, le système nerveux opère plus vite que l’esprit, qui ne perçoit pas consciemment avant que le réflexe d’évitement du danger ait débuté.

Durant une fraction de seconde, il y a eu vision inconsciente et activité musculaire inconsciente.





Type de vision inconsciente n°2 :

Une vision inconsciente de même nature est manifestée par l’homme qui se fraie un chemin dans une rue à forte circulation

ou marche dans un terrain difficile,

tout en conversant avec quelqu’un ou plongé dans ses pensées.

Il n’a pas une conscience distincte des objets qui l’environnent et pourtant son corps se conduit comme s’il avait cette conscience,

s’arrêtant et continuant, tournant et évitant les obstacles,

tout comme il le ferait si son esprit était attentif à marcher sûrement,

au lieu d’être distrait par la conversation ou ses pensées.

Dans ce cas, l’esprit est à tout instant en état de devenir entièrement conscient des sensations

et éventuellement il le devient réellement.

Mais dans les intervalles,

il existe un certain degré de vision inconsciente,  de sensation avec minimum de perception.





Type de vision inconsciente n°3 :

3/      Enfin, la vision inconsciente la plus normale et commune est celle qui provient à chaque instant de toutes les parties du champ visuel qui ne sont pas sélectionnées pour la perception.

Le monde est rempli d’une infinité d’objets.

Mais à chaque instant notre attention ne va qu’à un très petit nombre d’entre eux.





Dans le champ visuel total, nous sélectionnons seuls les sensa qui nous intéressent, sans observer ni percevoir les autres.

Quand la vision est normale, nous pouvons toujours psychiquement et physiologiquement sélectionner les sensa qui en fait ne nous intéressent pas et que nous ne cherchons pas à percevoir.

Cette variété de vision inconsciente est, en dernière analyse, volontaire : si nous ne voyons pas consciemment, c’est simplement parce que nous ne désirons pas voir, que cela ne nous intéresse pas.





Expérience :

L’exercice consiste à compter le nombre de passe effectuées entre les membres de l’équipe blanche.

Seront comptabilisés comme 1 passe :

  • Une passe entre 2 équipiers au teeshirt blanc
  • Une passe avec rebond
  • Une passe entre 2 équipiers blancs avec gêne d’un équipier noir
  • Une passe de ballon entre 2 équipiers blancs au dessus d’un équipier noir

Indice : La bonne réponse se situe entre 10 et 20 passes

Visionnez maintenant la vidéo en vous concentrant sur les passes effectuées pas les équipiers blancs

Sans regarder à nouveau la vidéo, pouvez vous dire :

  • Combien avez vous compter de passes?
  • Avez vous vu le gorille?
  • Combien d’ascenseur y a t’il derrière les joueurs
  • Est ce qu’il y a des tags sur les murs?
  • de quelle sorte et combien?

Si vous avez fait l’exercice avec sincérité, vous vous rendrez compte que des détails vous ont échappé.

Ces détails étaient pourtant dans votre champ visuel et votre œil les a capté,

Mais ceux ci n’étaient pas importants car ils n’étaient pas l’objet de votre attention





Visions inconscientes anormales :

Il est d’autres cas où l’inconscience est involontaire, dans lesquels l’esprit est incapable de se rendre compte des sensations visuelles.

Quand cela arrive, nous regardons mais ne voyons pas.

C’est peut-être dû au fait que rien n’est senti, ou que les sensa sont si indistincts qu’ils ne peuvent être interprétés.

Mais tel n’est pas toujours le cas.

Parfois, la sensation a lieu et les sensa sont assez distincts pour servir à la perception,

mais en fait ils ne sont pas utilisés pour cela.

Et bien que théoriquement nous puissions voir ce que nous regardons,

en réalité nous ne le voyons pas.

En tel cas, il existera toujours un certain degré de tension oculaire et mentale qui est souvent en relation avec quelque vice de réfraction (principalement comme cause et secondairement comme conséquence).

Il est certain que les sensa, non perçus par des personnes en pareil état de tension, sont plus ou moins faibles et indistincts.

Néanmoins, ils peuvent être interprétés et perçus en tant qu’apparence d’objets externes.

Le fait qu’ils ne le sont pas est dû à l’état de tension,

qui interpose une sorte de barrière entre les yeux qui sentent et l’esprit qui perçoit.

Or les sensa laissent toujours des « traces  » qui peuvent dans la suite être ravivées et donner naissance à une image mémorative.





Conscience :

Quand des personnes à vision défectueuse jettent un coup d’oeil rapide à quelque objet, il arrive souvent qu’elles ne le voient pas du tout ou ne le voient que comme une tache sombre.

Mais en se détournant et en fermant les yeux, elles découvriront souvent qu’elles ont une image mémorative de la sensation reçue.

Souvent cette si ces personnes renoncent à faire des efforts anxieux pour amener cette image dans le champ de la conscience et se contentent de faire au hasard une conjecture sur sa nature,

il arrivera souvent que cette conjecture sera juste.





Conclusion :

De cela nous pouvons conclure que nous pouvons nous rappeler ce que nous avons senti sans le voir vraiment,

pourvu seulement que la tension mentale associée au « moi » conscient soit relâchée.

Cette condition du relâchement est de la plus haute importance pratique.





Comment abaisser la barrière mentale :

La tension, nous l’avons dit, érige une barrière entre les yeux qui sentent et l’esprit qui perçoit,

Mais si les organes de la vue sont mis en état de relâchement,

(palming), (sunning), (swinging),

Cette barrière s’abaisse





Et bien que tout d’abord il puisse être impossible de percevoir la sensation reçue par l’appareil sensitif de l’œil regardant un objet extérieur donné,

il devient très facile quand les yeux sont fermés de faire une conjecture exacte quant à la nature de l’image mémorative qui provient des traces laissées par la sensation visuelle.





Après quelques exercices pratiques,

La barrière entre la sensation et la perception est tellement abaissée que la vision inconsciente est remplacée par la vision consciente





Au début, il existe en général un intervalle assez long entre l’acte de la sensation et celui de la perception.

Plusieurs secondes peuvent s’écouler avant que la personne puisse dire ce qu’elle a vu.

La barrière psychique interposée par la tension entre les yeux et l’esprit a été abaissée mais pas éliminée.

Mais, avec le temps, l’intervalle est graduellement raccourci,

Jusqu’à ce que finalement sensation et perception aient lieu presque simultanément comme cela doit être normalement.







Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :